Les ressourceries en difficulté avec la fin des contrats aidés

Les ressourceries en difficulté avec la fin des contrats aidés

Les Ressourceries, tout comme les autres acteurs du réemploi ont très largement recours aux contrats aidés. L'annonce de la fin de ce type de contrat présage de futures difficultés pour les structures concernées. Si les structures de l'Insertion par l'Activité Économique (IAE) ne sont pas directement impactées, ce n'est pas le cas des Ressourceries hors dispositif IAE. Au total ce sont 4 structures et 32 équivalent temps plein qui sont aujourd'hui directement menacés, sans compter les projets émergents qui ont besoin des contrats aidés en phase de démarrage.
Cela va aussi avoir une incidence sur les demandeurs d'emploi (hommes et femmes) qui souhaitent découvrir ce métier. La polyvalence du technicien du réemploi et de la réutilisation, adossée à des programmes de formation, permettent aux bénéficiaires des contrats aidés de vivre une expérience offrant de nombreuses passerelles vers l'emploi.
Une situation bien paradoxale où la réglementation incite d'un côté à la réduction des déchets par le réemploi et la réutilisation et de l'autre supprime des dispositifs qui menacent directement la survie des structures existantes et ralentissent l'émergence de nouveaux projets.
Les contrats aidés restent indispensables au développement des Ressourceries qui œuvrent pour l'intérêt général au bénéfice de leur territoire…
Le syndicat ASSO propose une cartocrise afin de mesurer et de mettre en lumière les conséquences de ces suppressions, en terme d’emplois et d’activités sur les territoires.
 

Les commentaires sont clos.